La bruyère disait du métier de Policier « qu’il requiert un sens très aigu de l’observation sociale et une connaissance approfondie de l’humaine condition. Il est éminemment destructeur de l’illusion, mais puissamment formateur du jugement ».

La bruyère aurait pu ajouter qu’il est aussi, de fait, le soutier de nos malheurs et de nos drames, le scrutateur de nos erreurs et de nos impasses.

Le Policier Négociateur est un expert à part : c’est un passeur d’histoires. C’est celui qui fait le trait d’union entre la force légitime de l’état, dans le cadre du rétablissement de l’ordre et la folie primitive, ou désespérée, de certains hommes égarés. Noble tâche teintée d’espoir et de respect pour l’humaine condition, sur fond de plongée dans les racines du mal.

Apprendre, toujours et encore… mais aussi transmettre ce savoir : voici l’autre seconde noble tâche qui m’a tenu à cœur durant toutes ces années. La pédagogie n’est pas une science innée, c’est une implication subtile, pugnace, pour faire toucher du doigt les concepts et les savoirs. Mais c’est un Art difficile et exigeant, qui passe par l’engagement du formateur. Benjamin Franklin disait : « tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends. »

Nous suivons son sillon… modestement, mais passionnément.